Résolutions non négociables d’un homme en colère en plein rêve …

Abdellatif Zaki
Abdellatif Zaki est enseignant chercheur à l'IAV - Hassan II. Ses domaines d'intérêt sont les sciences du langage et la communication, la terminologie, la traduction et l'interprétation, l'évaluation des programmes et les sciences sociales et de ...
Résolutions non négociables d’un homme en colère en plein rêve …

 

Rabat – Pourquoi est-ce que je devrais continuer d’accepter leurs caprices ? Je ne le mérite pas. Je n’en ai pas besoin, ni en ai-je encore l’âge, ne savent-ils pas d’où je reviens ! Pourquoi devrais-je tolérer l’intolérable, m’effacer, m’incliner, me retenir ou laisser d’autres parler et décider pour moi ? Je me promets de ne plus le faire, je ne me laisserais plus abuser, je ne serais plus gentil, c’est fini. Personne n’élèvera plus sa voix sur moi ni m’imposera ses mots et ses volontés. Personne. Je ne tiens à personne qui le ferais. Je reprends la main. S’il y a quelqu’un à qui ça ne plaise, je m’en tape – oui, même les gros mots ne me feront plus peur, je les utiliserais tous sans hésitation et sans en avoir honte. Le sont-ils, eux, quand ils tirent à balles vives sur mes enfants, brûlent mes champs, déracinent mes oliviers et les orangers, détruisent mes maisons pour construire les leurs, dévient le cours de l’eau pour m’assoiffer ? Personne ne comptera plus pour moi pour qui je ne compte aussi au moins autant et suffisamment pour me respecter, m’épargner ses états d’âme et me reconnaître mes droits inaliénables.

Tout a une fin, et là c’est la fin de ma tolérance. Personne ne me diras plus ce que je dois ou ne dois pas dire, faire ou penser. Depuis ce moment, ma priorité c’est moi-même, ma décision m’appartient en totalité. Je n’ai plus de responsabilité de laquelle je ne me suis pas acquittée ou de laquelle je ne voudrais m’acquitter, je devrais être libre et libéré, pourquoi donc devrais-je encore écouter, me plier, subir, prier et ne pas être entendu. Mes droits j’irais les chercher dans les profondeurs où ils ont enfuies. Mon dû est désormais ma motivation première, je n’y renoncerai plus dans l’attente qu’il me soit restitué, je ne crois plus aux négociations, aux pourparlers, aux émissaires et aux ambassadeurs de bonne volonté, j’irai le récupérer là où il est, chez qui il est, et quel qu’en soit le prix et le coût.

Je n’ai plus de raisons pour ne pas sortir et m’approprier mes rues. Plus jamais je ne resterai terré, caché, effrayé. Plus rien ne me fera plus peur. La souffrance, la pénibilité, la torture, la perte, la désolation, les uniformes de combat, les bombes lacrymogènes, les balles en plastic, la spoliation de mon sol ne pourront plus m’atteindre, j’en ai eu ma dose, j’en ai fais le plein et j’en suis immunisé. Je le suis aussi contre leur menace. Alors qu’il pleuve du feu du ciel, qu’il vente des poussières chimiques ou de moutarde, que des engins explosent dans le ciel sur ma tête, que les eaux saumâtres des bas-fonds des caniveaux jaillissent et inondent ma ville, que les chats et les souris se mobilisent et sortent des griffes de lions et prennent des formes d’ogres cracheurs de laves, que des fous accèdent au pouvoir à la puissance ultime, qu’ils disent de moi ce que bon leur semble, qu’ils édictent des lois voulant limiter ma mobilité, qu’ils érigent des murs entre moi et eux, que la sécheresse tarisse les fleuves et les océans et enlève leur majesté aux arbres des forêts et les réduise en roches, que les cendres remplissent les narines et les gorges, rien de tout cela ne me dissimulerait plus leurs vrais visages, ni me ferait reculer ou accepter qu’ils me manquent le respect qui me revient de droit.

Plus d’ambiguïté de leur part, ils se dévoilent et jouent à visages découverts. De ma part non plus. Je réclame qu’on ne me pille plus, je réclame qu’ils rappellent leurs chiens, qu’ils évacuent mes locaux et qu’ils se rendent à l’évidence, je ne suis pas celui qu’ils s’imaginent que je suis, je ne suis pas seul, je suis une des plus grandes communautés et des plus brillantes civilisations dont l’histoire ait parlé. J’ai appris, ma résolution est d’apprendre tout ce qu’il me faudra, de reprendre tout ce qui m’appartient, de passer sur quiconque se mettra sur mon chemin, de ne plus avoir de nouveaux rêves avant que ma volonté ne se matérialise.

Je suis en colère et ma résolution est non négociable … Je ferais tout pour me réveiller de ce rêve époustouflant, je n’en peux plus …

*  Les opinions exprimées sur les colonnes de Morocco World News Français sont strictement celles de leurs auteurs. Elles ne reflètent pas nécessairement celles de ce site ou de ses responsables. 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page