Le Gouvernement Suédois a Tort

Le Gouvernement Suédois a Tort

Moha Ennaji

Rabat – Dès le début de septembre 2015, des députés du Parti social-démocrate suédois ont déposé une proposition de loi afin de reconnaître le Polisario. Rappelons qu’en décembre 2012, un texte de loi avait déjà été voté dans ce sens mais avait été rejeté par le gouvernement.

La récente reconnaissance du Polisario par le gouvernement suédois est une aberration et une faute grave à plus d’un titre. Primo, ce gouvernement n’a pas une compréhension approfondi du dossier du Sahara marocain. Secundo, le Polisario est réputé être une organisation terroriste liée à Al-Qaida. Ceci a été démontré par des centres d’études stratégiques américains et européens et par des journaux américains crédibles tels que le Washington Post et le Daily Beast.

Le territoire occupé par le Polisario est devenu un terrain fertile pour le trafic d’armes et pour les groupes jihadistes à tel point que le gouvernement japonais a inscrit le Polisario sur la liste des organisations terroristes.

Le gouvernement marocain et la société civile se doivent d’expliquer aux suédois et aux gouvernements européens la légitimité de la cause marocaine et que le conflit du Sahara a été imposé au Maroc par l’Algérie pour freiner le développement et la démocratie au Maroc afin de le déstabiliser, au lieu de construite ensemble un Maghreb démocratique, fort et uni. Le conflit du Sahara est la principale pomme de discorde entre les deux pays, dont la frontière commune est fermée depuis deux décennies par l’Algérie.

Le Maroc a établi la régionalisation avancée et proposé une large autonomie des provinces du Sud soutenue par l’ONU comme la seule solution à ce problème car le référendum d’autodétermination a été rejeté depuis 2000 par le Plan James Baker vu son infaisabilité.

Et comme l’a souligné S.M. le Roi dans son discours du 6 novembre 2014 à l’occasion du 39e anniversaire de la Marche Verte: « Le Maroc restera dans son Sahara et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps ». Il a rassuré les marocains que l’ancienne colonie espagnole, c’est-à-dire le Sahara marocain, ne pourrait pas obtenir davantage qu’une autonomie vis-à-vis de Rabat. Le Roi Mohammed VI a réaffirmé que « le choix du royaume d’ouvrir la porte à la négociation ne portait et ne portera en aucune manière sur la souveraineté du Sahara marocain, précisant que « l’initiative d’autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir ».

Le Maroc n’acceptera jamais que sa souveraineté soit l’otage de courants idéologiques et de conflits d’intérêts de certains groupes de pression ou partis internationaux.

Toutefois, l’incompréhensible décision de la Suède de reconnaître le Polisario est à la fois absolument inappropriée et inacceptable pour les marocains. Le Maroc est l’un des rares pays de la région MENA connu pour son ouverture sur l’Occident et son choix de la voie de la démocratie et du développement durable. Il est considéré par beaucoup d’observateurs internationaux comme un modèle en matière de progrès démocratique, un pays actif dans l’action menée pour garantir la sécurité et la stabilité dans la région et un partenaire dans la lutte anti-terroriste.

En outre, le Maroc a toujours été un pays ami de la Suède et les deux pays sont liés par des relations économiques et diplomatiques solides. Il aurait été plus profitable et plus pragmatique pour le gouvernement actuel de la Suède d’œuvrer à la consolidation de ces relations bilatérales au lieu de la reconnaissance d’une République bananière qui pourrait entraîner la rupture des relations entre les deux pays et l’instabilité dans la région.

Il n’est pas un secret pour personne que le Maroc (Roi, gouvernement et peuple) est très attaché à son Sahara et ne peut en aucun cas être déstabilisé par la décision injustifiée du gouvernement suédois car tous les marocains sont convaincus de la légitimité de leur cause nationale. Aucune entité politique ne pourrait porter atteinte à la stabilité du pays parce que le Maroc est politiquement et économiquement un pays stable, et fort de la volonté de son peuple de sauvegarder son intégrité territoriale contre toute ingérence dans ses affaires internes.

Afin de consolider son intégrité territoriale, le Maroc doit renforcer son front diplomatique, continuer sur le chemin de la démocratisation et du respect des droits humains, et miser sur le développement durable de Tanger à Lagouira.

Moha Ennaji est président du Centre Sud Nord pour le dialogue interculturel et les études sur les migrations. Il est chercheur dans le domaine des études culturelles et de genre à l’Université de Fès. Ses plus récents livres incluent « Les migrants musulmans marocains en Europe » (Palgrave) et « Muticulturalisme et démocratie en Afrique du Nord » (Routledge).

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page