Pour qui le glas a-t-il sonné ?

Pour qui le glas a-t-il sonné ?

Abdellatif Zaki

Rabat – Ce n’est pas tant les contreperformances de l’Istiqlal ou de l’USFP qui devraient intéresser les observateurs que les performances du PJD.

Qui n’avance pas recule, dit-on. Et aucun des grands partispolitiques n’a avancé. Quand les plus anciens ne dégringolent pas, ils font du sur place. Seul le PJD avance, et il le fait à grands pas, des pas de géant, en fait. S’il maintient sa cadence, il écrasera l’ensemble de ses concurrents au prochain rendez-vous dans cinq ans. Ils auront beaucoup de difficultés à se relever, si jamais ils arrivent à le faire. L’histoire plus au moins contemporaine a connu des avancées aussi fulgurantes qui se sont accompagnées par des effritements définitifs de groupements politiques qu’aucun croyaient imperturbables. L’expérience ne s’est, malheureusement, souvent pas bien terminées. Mais ça c’est une autre histoire.

À méditer dans la perspective de l’évolution du paysage politique au Maroc.

Les idées exprimées dans la rubrique Opinion de Morocco World News Francçais sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de ce site ou des responsables de sa publication.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page