Les chenilles du thé du café des Oudaya de Rabat

Les chenilles du thé du café des Oudaya de Rabat

Abdellatif Zaki

Rabat – Des ami-es et des membres de ma famille d’outre mers, me pressaient depuis quelques jours de les accompagner au café des Oudayas de Rabat. Ils ont vu les cartes postales et ils ont dû lire une publicité officielle. J’aime beaucoup le site, rien à dire, mais j’appréhende le reste. C’est donc avec beaucoup d’hésitation que je les accompagne.

À peine assis, un jeune homme se présente, on pouvait pas deviner que c’était le serveur. Il se met devant nous et s’impatiente:
Que prenez-vous ?
On aurait aimé voir votre carte.
Nous avons des limonades et du thé.
Nous passons nos commandes et nous nous apprêtons à apprécier le paysage quand nos commandes arrivent, pour un service rapide, C’en est un.

Mon verre de thé à la menthe était différent, j’enlève mes lunettes de soleil et ce que je vois est insolite. Il y avait une chenille blanche la longueur du verre, la grosseur de mon indexe. Et elle se tordait encore souffrante de l’eau bouillante. Ne voulant pas faire de vagues, je la fait voir au type qui faisait le serveur.
« Je change votre verre » dit-il
Non, reprenez tous les verres, nous ne prenons plus de thé, donnez nous de l’eau minérale et des limonades.
Ok, alors payez moi ces verres
Comment ça, on les a pas bu,
J’aurai pu vous les changer si vous étiez plus gentil avec moi
Vous avez du culot, vous, je ne fais pas de scandale, j’aurai pu prendre la chenille en photo et vous faire une mauvaise publicité, j’aurai aussi pu montrer la chenille à tous les clients
Fais si ça vous chante. Dis ça au patron, ne le dis pas à moi’ Pas de chance, tu aurez dû, maintenant c’est trop tard, paye moi maintenant
Appelez moi votre patron
Non, va le voir toi même
Vous manquez de convenance, vous n’êtes pas courtois pour le métier que vous faites
C’est toi qui est impoli, paye moi ou …allez dis le à tout le monde …
Ce à quoi je me lève de ma chaise et le dit à haute voix, les clients arrêtent de boire, scrutent leurs verres, il y en a qui se lèvent et partent.

Ici j’arrête le récit car le ton est monté des deux côtés. Sans jamais insulter le serveur ou l’agresser verbalement, et me limitant à demander qu’il appelle son patron et répétant qu’il manquait de professionnalisme et de politesse, lui crie, se débat, se torde, insulte et épuise le registre de l’indécence. À une jeune dame qui lui fit remarquer qu’on pouvait tout de même pas boire du thé à la chenille et ne pas en parler, il s’insurgea et protesta que lui, homme, ne parlait qu’aux hommes. « Toi, tu n’es qu’une femme » lui rétorqua-t-il, fier de son statu phallocratique, « tu te la boucles, moi je ne parle qu’aux hommes ».

Je passe sous silence la crasse et autres insectes et êtres rampants et les senteurs nauséabondes. Ce n’est pas mon propos.

Mes ami-es d’outre mers, dont des jeunes MRE, n’en revenaient pas. Terrorisé-es et paralysé-es d’étonnement et d’incrédulité, ils restaient bouches bées ne comprenant rien à ce qui se passait. Je me pose des questions sur ce qu’ils-elles doivent penser et ressentir.

La situation se gâta et la sortie qui devait être un moment de plaisir tourna au vinaigre. Nous quittâmes le lieu de discorde et allâmes au Mahaj. L’expérience était autre, propre, service impeccable, plusieurs fois meilleure qualité, calme. On se demandait, mes ami-es et moi, quelle aurait été l’expérience à l’oudaya si la gérance du site était donné à des professionnels et si les ministères et les administrations compétentes l’étaient vraiment et faisaient leur travail.

Un si beau site de la capitale du Royaume mérite mieux et ses visiteurs ne méritent pas qu’on leur serve des cochonneries, qu’on les agresse et qu’on les insulte.

Aux responsables du tourisme et de l’image Maroc de voir.

Les idées exprimées dans la rubrique Opinion de Morocco World News Francçais sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de ce site ou des responsables de sa publication.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page