volley ball cadets: rebelote, les Marocains confirment et se qualifient en demie finale

volley ball cadets: rebelote, les Marocains confirment et se qualifient en demie finale

Abdellatif Zaki

Rabat – Tunisie -Iraq. Zen les coaches, bravo. Premier set. La Tunisie gagne avec cinq longueurs. Nous retenons la constance du jeu.

Deuxième set. L’avantage tourne légèrement en faveur de l’Iraq. À 8-5, ni les tunisiens semblent s’inquiéter ni les iraqiens se réjouir. À la reprise, un service magistral réduit le score, la suite sera conjuguée à la pression iraqienne. Un temps mort tunisien les remis sur le ton de la marque. Le coach iraquien le vit et intervint immédiatement par un autre temps mort. Il n’arrêtera plus les tunisiens qui égalisent à 14, puis à 15. À 16, ce sont les tunisiens qui mènent, ils tirent leur service et le perdent. Les iraqiens résistent et marquent. Les tunisiens reprennent l’avantage à 18 suite à une faute, le perdent et le récupèrent, 18-19, 19-19, 20-19, 20-20, 20-21, 21-21 et temps mort pour la Tunisie. On peut dire que la cadence est maintenue. La Tunisie smatch et rate, 21-22. Une belle réception suit et c’est 22partout. La Tunisie rate un service et un autre et elle est à un point de la perte. Désarçonnés, les tunisiens cèdent le point comme pressés de regagner les bancs et avaler le ratė avec amertume.

Troisième set. Le deuxième groupe des colonies de vacances, tout vêtu de jaune, rentrent par une porte, ressortent et rentrent par une autre. Question d’organisation. Les tunisiens sont méconnaissables. Ils laissent passer des occasions. Ils cumulent les fautes. Les iraqiens tiennent le match en main. Ils sont à 7-3 puis 8-4. Arrêt technique. L’organisation de la tribune pour le match du Maroc se prépare. Cette fois, ça sera deux drapeaux. Ils seront disposés selon les instructions d’un officiel, probablement un réalisateur de la télé. 10-5, la Tunisie continue sa descente. Les joueurs n’y sont plus. On a l’impression que cela ne leur dit plus rien. 12-5, 13-5. La pression leur redonne confiance, ils marquent et remontent à 13-8. Ils s’encouragent mais les frappes de l’adversaire se précisent et se maintiennent. 15-8, 15-9, 15-10, 15-11, sont-ils en train de retrouver leurs esprits. Le coach iraquien tente de mettre fin à leur réveil qu’il n’attend plus en arrêtant le jeu par un temps mort. À le reprise, ils marquent, 15-12, puis 16-12. Changement de terrain, 16-13, 17-13. Les iraqiens sauvent des balles difficiles et rendent la vie plus difficile aux tunisiens qui se retrouvent à 18-14 pour remonter d’un cran grâce à une perte de balle iraqienne, puis c’est 19-15, 19-16, 19-17, 18-19. Les tunisiens sont sortis de la mauvaise passe et les iraqiens voudraient bien les refroidir par un autre temps mort. 20-18. Une autre faute au filet et c’est 21-18. L’étau se serre, mais tout peut encore basculer. Service iraquien et 22-18, perte de balle. 22-19, 23-19. Le troisième changement chez les iraqiens. 23-20, 24-20 et set.

Le centre des gradins d’en face, la partie dans le champs des caméras de la 6, est maintenant tout d’enfants en jaune, vert, bleu et violet . Ils s’essayent à secouer le drapeau national.

Quatrième set. Les tunisiens reprennent du service et du goût à marquer. Ils montent assez vite à 8-2, 10-4, 11-5, 12-7, 13-7, 14-7. Ils reprennent le match. 15-9, 16-9. Le dernier point peut être un indicateur de fatigue ou de déconcentration. 17-9. Service tunisien, réception pitoyable, passe avortée et 19-9, 20-10, 21-11, 23-12. Les tunisiens relient avec l’imagination et le courage. 13-24. Il faudra un miracle pour renverser le cours du set. Il n’y a pas de miracle. Deux sets partout.

Tie Break. Le gradin d’en face est maintenant bien chauffé. Les grands dignitaires de la discipline ont aussi pris leurs sièges dans la tribune des officiel-les. Le cortège des plateaux de thé et de gâteaux ne s’arrête pas. Si le mauvais œil existait vraiment, me dit un voisin de gradin, tous ces officiels passeraient la nuit aux urgences. On continue de distribuer les drapeaux nationaux s’assurant qu’ils sont confiés à des personnes de confiance.

La victoire ira aux plus constants et aux plus calmes. Les tunisiens s’avèrent zen et capables de rebondir en puissance bien qu’on leur avait connu de meilleurs moments. 7-3., 8-3, 9-4. La tension monte sur le terrain, nous la sentons nous aussi. 10-4. Belle montée au filet et smatch, 11-5, et de 12-5. La tribune anticipe, changement, reprise, service out, 12-6 , les tunisiens réclament des encouragements des remplaçants, le public en leur donne, temps mort. 12-7, 13-7, 13-8. L’espoir regagne les iraqiens, qu’en feront-ils, 14-8, balle out, la Tunisie est qualifiée aux demies finales. Au revoir l’Iraq, vous n’avez pas démérité.

Maroc – Kuwait. Une équipe marocaine pleine d’espoir après la victoire contre l’Algérie face à un Kuwait déterminé et convaincu de sa supériorité technique. À plusieurs reprises le Maroc réalisa un avantage de plusieurs points mais s’arrangea toujours de le perdre. Après avoir mené aux points les derniers jeux du set, il finit par le perdre après l’égalisation des adversaires à 25.

Deuxième set. Les marocains se laissent mener. Ils nous l’ont fait dans les autres matchs. Ne préjugeons donc pas sur la performance des deux premiers sets. Ils sont capables de revenir et gagner, ils l’ont déjà fait. Le score au premier arrêt technique confirme la supériorité de l’équipe du Kuwait qui élargi l’ėcart de plus en plus. 8-12, les marocains ne sont pas encore revenus à la marque. L’écart est de quatre points, puis cinq. Les marocains ont cessé d’attaquer, ils ne prennent plus d’initiatives, ils ne font qu’attendre les balles pour les perdre. L’écart est de sept points, puis six, puis sept une fois encore, le match est à 15-21, 16-21. Temps mort. Le public fait son boulot mais il est frustré, il s’attendait à un meilleur retour. 16-22, 17-22, le couperet n’est pas loin de tomber. 17-23, 18-23. Le libéro marocain n’est pas dans son meilleur jour, il ne maîtrise pas suffisamment son espace. 18-24, le set est presque fait, le Maroc ajoute un point 19-24 puis perd le set.

Troisième set. Les Marocains pourront-Ils refaire le coup qui leur donna la qualification ? Théoriquement c’est possible, ils l’ont déjà fait. L’avalanche du Kuwait dès le début du set ne permet, toutefois pas, d’imaginer un retour aisé des marocains. 4-8, 5-8, 6-8, 7-8, 7-9, 8-9, 9-9, est-ce le retour ? 10-9, 10-10, le public revit, 11-10, 11-11, 12-11, 12-12, 12-13, les Marocains mènent, sauront-ils protéger l’avantage ? 13-13, 13-14, 13-15, 14-15, 14-16. Les marocains retrouvent la créativité, la coordination et la présence. Ils remontent 15-18, 15-19, 17-19, 17-20. La reprise se confirme, elle ne peut pas être un hasard. 18-21, la défense du Kuwait souffre. 19-21, 19-22, le public y croit fort et le fait savoir aux joueurs. 20-22, 20-23, plus que deux points pour , 21-23 les marocains ratent un service et le Kuwait n’est plus qu’à deux points, 22-24, 22-25. L’essentiel est fait.

Quatrième set. Si les enjeux ne sont pas les mêmes pour les deux équipes, la pression qu’elles doivent toutes ressentir ne sera pas tellement différente. Les Kuwaitis voudrait bien éliminer le Maroc par 3-1 et les marocains voudraient bien rester dans la compétition et aller en finale. Les deux équipes doivent gagner. Les écarts des poins n’expriment pas les opportunités ratées ni les manques à gagner. L’égalisation à dix débloque les énergies et relance les jeunes du Maroc. Ils prennent l’ascension et l’adversaire s’essouffle à les suivre. Ils alignent les points, 11-16. L’enthousiasme risque de faire perdre la tête. Les erreurs se tassent et le niveau technique baisse. Parfois on dirait qu’on est à la plage avec des amateurs. Le jeu du Kuwait est ennuyeux tant il devient prévisible, sans créativité ni diversité. 16-19, le Maroc garde la main, 16-20, 17-20, 17-21, 18-21, c’est la confusion totale dans les deux équipes. 19-21, 19-22. On compte plus les services perdus par le Kuwait. 19-23, 20-23. Les changements se succèdent. 20-24. Balle de set. Temps mort. 2 partout. Les marocains l’ont fait une fois de plus.
Ils est 22:55 heures, il se fait tard, les gradins se dégarnissent. Les enfants des colonies sont partis.

Tie Break. Le Kuwait a baissé techniquement. Est-ce la fatigue physique, est-ce le mental, est-ce leur limite technique, peut-être les trois à la fois. Le Maroc perd son premier service mais récupère le point immédiatement. Il n’y aura que quinze points ce dernier set et les deux équipes sont déterminées à les prendre. À cette étape du match, ce n’est plus la technique qui fait la différence. C’est plutôt, l’acharnement, et il semble que les marocains ne sont pas prêt à en démordre. Ils mènent 7-4. L’adversaire ne se laisse pas faire mais n’arrive pas à égaliser. Au changement de terrain à 8, le Kuwait traine un retard de trois points qu’il réduira puis annulera. Lee Maroc marque et se démarque 10, 10-10, 11-10, 11-11, 12-11, service raté par le Maroc et c’est 12 partout, c’était pas le moment de distribuer les cadeaux. 13-13, 14-13. Le Maroc est à un point de la demie finale. Temps mort pour casser l’élan. C’est de bonne guerre. Balle out. Match pour le Maroc. Ils l’ont fait. Les jeunes du Kuwait pleurent comme des enfants, on avait oublié que ce sont encore des adolescents. Les Marocains sautent de joie, les dignitaires descendent dans le terrain et distribuent les accolades. Tout le monde est heureux. C’est mérité. Rendez-vous en finale. Ah, oui, il faudra dépasser les demies finales d’abord. Ces jeunes qui nous ont surpris depuis le début du tournoi, sauront confirmer.

Les idées exprimées dans la rubrique Opinion de Morocco World News Francçais sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de ce site ou des responsables de sa publication.

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page