Rien ne sert de courir, Maroc – Algérie 3-2

Rien ne sert de courir, Maroc – Algérie 3-2

Rabat – Après la défaite cuisante, bien méritée des joueurs du Maroc contre l’Iraq, ils reprennent le bâton de pèlerin contre les voisins septentrionaux. Les gradins, presque aussi dégarnis que depuis le début du tournoi, sont, toutefois, plus enflammés, une clique de gamins armés de bouteilles de plastique vides s’affairant à faire du vacarme sous la conduite expérimentée d’un quinquagénaire agréé. Un neffar rappelle au public l’obligation sacrée de son engagement dans la troupe.

L’hymne nationale algérienne fut sifflée, indigne d’un événement sportif de cette dimension. Indigne d’un public sportif. Nous ne savons pas quoi en penser, nous le laisserons au lecteur d’en décider, était-ce opportun pour les organisateurs de passer des chansons à caractère national dans les temps morts et les entre-jeux politisant ainsi une fête sportive ?

Au départ, les algériens donnaient l’impression d’être perturbés, ils se ressaisissent vite après l’arrêt de 8-6 et imposent leur rythme et leur jeu. Après l’égalisation à 10, les deux équipes se talonnent au point près, coup pour coup. Les marocains, qui ont l’air d’avoir récupéré de leur dernier match marquent plus et semblent avoir retrouvé du répondant alors que les algériens amassent des points qu’ils leurs offrent, les dėstabilisent et leur enlèvent le set qu’ils pensaient déjà en poche à 23-18.

Deuxième set. Les marocains perdent leurs marques, ils enchaînent faute sur faute et concèdent la main à l’adversaire plus mesuré et plus serein. À 10-4, le coach du Maroc demande un temps mort pour ainsi dire réveiller ses poulains et casser le jeu des autres. Ça ne lui a pas marché. À la reprise, la descente aux enfers reprend de plus belle. On le savait déjà, les joueurs du Maroc ne formaient pas une équipe, qu’ils étaient faibles techniquement et en deçà de la condition physique requise en pareilles circonstances, mais de là à les voir encaisser de la manière sans pouvoir agir sur le match, à subir impuissants, on ne voulait pas nous y attendre. À 24-9, le coach demande un temps mort. Qui pourra nous expliquer cette exceptionnelle intelligence et cette haute technicité !?

Troisième set, peut-être le dernier. Les algériens sont aussi frais et dispos. Les marocains ont perdus jambes et genoux. Ils tombent plus qu’ils ne se relèvent. Il devint fastidieux de suivre le match. Le plaisir n’y est plus. Ce n’est pas une belle prestation. Un sursaut des marocains redonne vie aux gradins et, à en juger de la succession des services dans le filet des algėriens, il perturbe la cohérence de leur jeu. Ils se voient mener par une différence de quatre points, ils les récupèreront vite. Ils reprennent le match en main après 16 partout et le perdent à nouveau aux marocains qu’ont a vu comme renaître de leur cendres. Le set ne sera donc pas le dernier. Le match est relancé.

Quatrième set. Sera-t-il le dernier cette fois ? Les marocains referont-ils le coup du match contre le Bahreïn? Le set s’annonce plus beau à voir. Malgré la fatigue, l’espoir redonne l’énergie de continuer et la volonté de se battre aux marocains. Côté algériens, c’est plutôt la volonté de défendre l’acquis qui les meut, et ce n’est pas pareil. L’offensive est plus motivante que la défensive. Elle offre plus d’opportunités de créativité et de prise de risques. Et ça paye, le Maroc mène 8-3. Le retour des marocains se confirme. Ils sont plus ensemble, plus entreprenants et plus imaginatifs. Ils remontent la pente alors que les algériens peinent à ne pas perdre l’avantage qu’ils voient leur filer entre les doigts. 20-13, les marocains ont tous les droits de reprendre confiance et ils le font. La remonté des algériens à 24-20 se passe de commentaire et témoigne de leur haut niveau. Le mental et les nerfs feront le set. Les marocains reste donc en lice. Ils auront tiré les marrons du feu et joueront le tie break. Tout est désormais possible.

Tie Break. Il n’y aura de cadeau pour personne. Au changement de terrain, les marocains étaient à quatre points derrière. Le jeu est presque égal avec un professionnalise plus marqué des algériens, toutefois. 8-11, le match semble en faveur de l’Algérie. 9-11, le score se resserre. Un beau smatch marocain est c’est 10-11 et le public qui se rėveille à nouveau. L’élan des marocains ne sera pas atteint par les temps morts algériens successifs. Ils continueront de marquer et monteront à 12-11. Ils seront de suite rattrapés et dépassés. 12-13, la pression psychologique est à son maximum. Les algériens tempèrent en faisant essuyer toute l’aire du jeu. Ils ratent leur service et c’est 13 partout. C’est 14-13, les marocains sont à un point du match. Ils ont gagné. La tribune est en ébullition. Déchaînée. Plusieurs n’y croyaient plus, pourtant, il fallait le faire.

Les idées exprimées dans la rubrique Opinion de Morocco World News Francçais sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de ce site ou des responsables de sa publication.

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page