Plus de 2.000 migrants morts en Méditerranée en 2015

Plus de 2.000 migrants morts en Méditerranée en 2015

Rabat - La barre des 2.000 migrants morts en mer Méditerranée depuis le début de l’année vient d’être franchie le week-end dernier, selon les chiffres de l’Organisation internationale des migrations (OIM).

« Malheureusement nous avons atteint ce week-end un nouveau niveau avec plus de 2.000 migrants et réfugiés décédés » en tentant de joindre l’Europe par la mer, a indiqué un porte-parole de l’institution, Itayi Virri, lors d’un point de presse mardi à Genève.

Depuis janvier, pas moins de 188.000 migrants ont gagné des pays européens via la Méditerranée, en particulier l’Italie et la Grèce, précise M. Virri, qui dit s’attendre à ce que le seuil des 200.000 personnes soit « rapidement atteint ». Les décès sont notamment survenus parmi ceux qui cherchaient à rejoindre l’Italie depuis l’Afrique du Nord : 1.930 migrants sont morts sur la route vers ce pays, alors que 60 autres ont péri en tentant de gagner le territoire grec à partir de la Turquie.

Au cours du week-end dernier, 19 personnes sont décédées dans le Canal de Sicile en raison notamment d’épuisement et de soif après que l’eau potable ait été utilisée pour refroidir le moteur du bateau, indique l’OIM en citant les témoignages de survivants.

En 2014, plus de 4000 migrants, dont 3000 en Méditerranée, ont été tués en cherchant un avenir meilleur dans un autre pays, un chiffre en augmentation de 70 % par rapport à l’an précédent.

Depuis l’année 2000, au moins 40.000 migrants ont péri pendant leur exode, mais le nombre réel serait beaucoup plus élevé, certains estiment que pour un corps identifié, il faut compter deux disparus, selon l’organisation.

Les migrants en provenance de l’Afrique subsaharienne représentent au niveau mondial le 30 % des 4.077 victimes cette année, devant ceux du Moyen-Orient (23 %). Dans un rapport, l’OIM recommande la création d’un organisme indépendant qui collecte les données et auquel devraient contribuer les gouvernements, la société civile et les institutions internationales.

MAP

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page