Nos frontières orientales sont-elles suffisamment surveillées?

Nos frontières orientales sont-elles suffisamment surveillées?

Washington –  L’enquête ouverte par l’Armeé marocaine au lendemain de la «visite» controversée du deputé du parti PJD Aftati sur le tracé frontalier, remettant en cause l’application des dispositions militaires en vigueur à nos postes frontaliers, pose le problème d’accessibilité de nos zones militaires surveillées. Un article du quotidien arabophone Al Massae, repris par le site le360.ma, a tenté de faire la lumière sur cette question.

Voici sans plus tarder ce qu’a écrit le site pré-cité sur ce sujet on ne peut plus sensible:

<< AFFAIRE AFTATI BRANLE-BAS DE COMBAT AU SEIN DE L’ARMÉE

Par Ziad Alami le 05/06/2015 à 22h11

 L’enquête ouverte par l’Inspection générale des FAR au sujet de la “visite de prospection » effectuée par le député PJD Abdelaziz Aftati, a abouti à la suspension d’au moins d’un colonel et d’un capitaine. Un autre responsable sera déféré devant le tribunal militaire. Révélations.

L’affaire Aftati continue de secouer le landerneau politico-militaire. Et ce n’est surtout pas le gel de l’adhésion du député islamiste par le chef du PJD, Abdelilah Benkirane, qui va calmer les esprits. C’est que l’affaire -une visite de prospection aux frontières maroco-algériennes-, est d’autant plus sensible qu’elle touche la grande muette: l’armée. Al Massae, dans son édition de ce week-end des 6 et 7 juin, rapporte qu’«un colonel et un capitaine auraient été suspendus, deux commandants convoqués devant le conseil de discipline alors qu’un autre responsable sera déféré devant le tribunal militaire de Rabat pour avoir enfreint les dispositions militaires réglementaires».

Général ArroubLe général Bouchaïb Arroub, inspecteur général de l’état-major des Forces armées royales et commandant de la zone Sud

 

«Ces mesures disciplinaires interviennent parallèlement à la mise en état d’alerte de l’armée, en raison de la tournée du chef suprême, chef d’état-major général des Forces armées royales, le roi Mohammed VI», relève encore Al Massae, ajoutant que le Général de corps d’armée Bouchaïb Arroub, Inspecteur général des FAR, commandant la Zone Sud, a donné des instructions fermes pour resserrer la surveillance autour des postes-frontières et des régions frontalières. Ordre a été donné d’y interdire l’accès à toute personne, quel que soit son rang, et d’établir des PV y compris pour des éléments de l’armée à leur entrée comme à leur sortie.
Et ce n’est pas tout. Par ailleurs, dévoile encore Al Massae, «un mouvement de mutations élargi au sein du commandement militaire basé aux frontières Est du royaume». Le journal évoque une reconsidération de fond en comble du mode de fonctionnement militaire dans la région de l’Oriental.
S’agissant de l’enquête ouverte au lendemain de la «visite» controversée d’Aftati sur le tracé frontalier, la question aurait été de savoir à quel point les dispositions militaires en vigueur sur place auraient été appliquées, indique également Al Massae. Il va sans dire que le statut de parlementaire ne donne pas à son auteur le droit d’accéder aux zones militaires surveillées.  >>

( Fin de l’article du site le360.ma )

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page