La Tunisie rattrapée par ses démons!

Abdellatif Zaki
Abdellatif Zaki est enseignant chercheur à l'IAV - Hassan II. Ses domaines d'intérêt sont les sciences du langage et la communication, la terminologie, la traduction et l'interprétation, l'évaluation des programmes et les sciences sociales et de ...
La Tunisie rattrapée par ses démons!

Rabat – La paisible Tunisie vient d’être endeuillée frappée par le terrorisme. Le temps n’est pas pour les analyses ni est-il pour « on s’y attendait », « on le voyait venir », « c’était inévitable avec ce qui se passe en Libye », « c’est le dénouement logique de l’avortement prémédité de la révolution », « ça ne pouvait pas être autrement avec l’étouffement et le détournement de la volonté du peuple », « la démocratie ne tolère pas le subterfuge », « les extrémistes ne sont pas prêts de lâcher prise », « après le Nigéria et les colonnes entrées en Libye, l’étaux se serre sur le Maghreb », etc.

Le temps est pour la sympathie, les condoléances et la solidarité. Le peuple de Tunisie vient d’être agressé là où bat son cœur politique, où s’active le nerf de sa législation, où elle a mis ses espoirs économiques, où réside sa mémoire et où se cultive son héritage historique. La frappe n’est pas fortuite. Elle a ciblé le parlement, symbole du potentiel du changement et des mutations sociales, politiques et économiques tant attendues par les tunisiens. Parmi tous les monuments, la frappe a choisi le musée national, la preuve même de la résistance culturelle de la Tunisie et la preuve de sa capacité de concilier les tendances les plus contradictoires.

L’intention criminelle est claire. L’élan politique et la tolérance culturelle dérangent.  La démocratie n’est pas l’option que les fondamentalistes prévoient pour la Tunisie car elle n’est pas la voie qui mène au Califat. Les cellules terroristes ne dorment jamais, elles sont bien réveillées. Quand elles ne tuent pas, elles s’y préparent. L’urgence est de savoir comment et où elles le font et ne pas se tromper car elles peuvent agir au sein des institutions les plus légitimes, les plus proches des gens et de l’État, les plus fonctionnelles et les plus structurelles.

La Tunisie ne mérite pas cette douleur. Sincères condoléances, les ami-es.

© Morocco World News Français. Tous droits réservés pour tous pays. Cet article peut être  reproduit à la condition d’en citer la source et l’auteur.

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page