L’université marocaine devient-elle entrepreneuriale?

Mohamed Said Bouzerouata
Expert consultant en entrepreneuriat, Mohamed Said Bouzerouata a été formé sur les bancs des universités parisiennes ( Paris-Est Créteil) et a été honoré dans nombre de councours, notamment comme Deuxième Prix de l'Innovation ( Quatrième édition du ...
L’université marocaine devient-elle entrepreneuriale?

Tanger - L’université marocaine est récemment entrée dans une phase de réforme touchant au-delà du volet pédagogique, les missions traditionnelles, l’organisation et le mode de gestion. Cette évolution s’inscrit dans un mouvement désormais mondial de redéfinition du rôle et du champ d’action de l’université en réponse aux pressions fortes provenant tant de l’intérieur de l’université elle – même, que de son environnement. Celui-ci impose à l’université d’assumer des rôles nouveaux en matière de développement économique et social. Pour pouvoir assumer ces rôles, l’université est appelée à se rapprocher de la logique entrepreneuriale.

L’expression « université entrepreneuriale », en vogue dans les pays développés à économie libérale depuis le début des années 1990, suggère que le personnel universitaire, principalement les enseignants chercheurs soient eux-mêmes imprégnés de la culture entrepreneuriale et que celle-ci soit entretenue par des managers d’université. Elle suggère enfin que l’université et le système éducatif puissent jouer un rôle actif dans la diffusion d’une culture plus favorable à l’entrepreneuriat et à la création d’entreprises.

Longtemps université et entrepreneuriat ont été séparés. Les personnes intéressées, indirectement ou non, par l’entrepreneuriat, devaient choisir entre un parcours diplômant ou sortir de l’université pour se lancer dans les affaires. Cette situation se retrouvait aussi pour le chercheur qui voulait valoriser ses travaux de recherche, sur bien des points… Cette situation de dilemme, entre université et entrepreneuriat est le reflet de ce que l’on pouvait trouver dans un grand nombre de pays jusqu’aux années 80 et encore actuellement dans d’autres.

Accompagner les porteurs de projets

Il est évident que dans bien des pays l’entrepreneuriat a pris une place de plus en plus importante au sein de l’université, non seulement au niveau de la formation et de la recherche mais aussi au niveau de l’accompagnement de porteurs de projets.

Concernant la formation, cela se traduit par différents types d’actions allant de la simple sensibilisation à la mise en place de programmes complets de formation, en passant par le développement d’outils de simulation de l’entrepreneuriat.

Du côté de la recherche, l’engouement pour l’entrepreneuriat au niveau de l’université se concrétise par la multiplication du nombre d’articles, d’ouvrages et d’associations spécialisées.

En plus de la formation et de la recherche, le rapprochement entre université et entrepreneuriat a permis l’émergence de nouveaux métiers et de nouvelles structures autour de la valorisation, comme les incubateurs et les interfaces universitaires.

En ce sens, les actions et les moyens déployés au sein de l’université dans le domaine de l’entrepreneuriat permettent de dépasser le dilemme évoqué précédemment.

La question qui se pose est de savoir quelle démarche adopter pour faire jouer à l’université un rôle actif dans la promotion de la culture entrepreneuriale et ce, dans un environnement ou la création d’entreprise a rarement transité par la formation.

Nécessité d’incubateurs universitaires  

Au Maroc l’arsenal juridique mis en place est largement explicite sur le rôle nouveau de l’université. Il introduit inéluctablement un changement sur les plans structurel et organisationnel. Cela dit, le changement organisationnel ne peut se décréter et requiert d’importantes mutations au niveau culturel portant directement sur le savoir, le savoir-faire, le savoir-être et le comportement des acteurs.

La mise en place d’une nouvelle structuration appelle des efforts importants sur le plan management de l’université, des structures de valorisation de la recherche universitaire et des relations de l’université avec son environnement. Le management de « l’université entrepreneuriale » doit développer une veille stratégique et se concentrer plus sur les interfaces que sur les questions administratives et de gestion quotidienne.

Dans ce contexte, La mise en place d’incubateurs universitaires s’avère une nécessité vitale afin de faire émerger des projets de création d’entreprise, et de contribuer à l’amélioration du taux d’activité entrepreneuriale,  l’incubateur reste le seul organe universitaire qui sera capable de fédérer et de dynamiser la création d’entreprises. Cette  démarche d’essaimage et d’incubation  doit couvrir l’ensemble des universités Marocaines sans exception.

Enfin, il faut noter que le développement de l’université entrepreneuriale au Maroc passe nécessairement par la mobilisation et l’implication de tous les acteurs de l’université Marocaine à savoir : Les entreprises, les enseignants chercheurs, les structures d’interface, le corps administratif et les étudiants.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page