Le Chef du gouvernement marocain s’en prend aux rentiers du secteur industriel national

MAP
Le Chef du gouvernement marocain s’en prend aux rentiers du secteur industriel national

Rabat – Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a appelé mercredi à Rabat, à libérer le système de production des dysfonctionnements liés à la rente pour hisser la compétitivité et la productivité du secteur industriel.

Abdelilah Benkirane, qui répondait a une question centrale sur « les difficultés de l’investissement et les paris pour préserver la compétitivité de l’entreprise et le pouvoir d’achat des citoyens », lors de la séance mensuelle des questions orales à la chambre des conseillers sur la politique générale du gouvernement, a souligné que le développement de ce secteur exige un rééquilibrage en accordant une place prioritaire, à côté de l’investissement étranger, à l’investissement national, aux petites et moyennes entreprises industrielles et aux investissements dans les zones rurales.

meriem_bensaleh_et_benkirane_iv

Il a, en outre, appelé à consolider la coopération entre les organisations professionnelles et les représentations syndicales en vue de préserver l’avenir de l’entreprise, réhabiliter le climat d’affaires et faciliter l’accès au financement ainsi qu’à l’immobilier et à mettre en vigueur la loi réglementant la grève.

Et d’ajouter que le renforcement de la compétitivité de l’entreprise, précisément celle de nature industrielle, représente désormais une priorité pour les politiques publiques à l’échelle internationale, ajoutant que le secteur n’a pas bénéficié d’une attention suffisante durant plusieurs décennies, vu que l’industrie a été limitée à certains projets qui ont profité du soutien et de la participation de l’Etat.

M. Benkirane a, dans le même cadre, précisé que l’amélioration du climat d’affaires exige d’abord d’ajuster les équilibres macro-économiques qui constituent, selon lui, la base d’un climat d’affaires favorable, qui rassure les acteurs économiques nationaux et internationaux sur leurs investissements, gagnant ainsi leur confiance quant à l’avenir pour le lancement de programmes d’investissement à moyen et à long terme.

Il a également noté que le gouvernement a réussi « à mettre fin au trend baissier des finances publiques et des équilibres extérieurs », en réduisant, durant une année seulement, le déficit budgétaire de deux points du PIB, soit 5,2 pc en 2013 contre 7,3 pc en 2012, ajoutant que le déficit du compte courant de la balance des paiements est passé de 9,7 pc en 2012 à 7,6 pc en 2013, tout en contrôlant le niveau de l’inflation au-dessous de 2 pc.

Le Chef du gouvernement n’a pas manqué de rappeler la mise en œuvre d’un programme ambitieux axé sur 9 projets stratégiques portant notamment sur la promotion de l’entreprise et des investisseurs, notant, qu’à cet effet, plusieurs mesures, d’ordre législatif et réglementaire, ont été prises en faveur de l’entrepreneuriat et l’investissement.

Dans le même cadre, M. Benkirane a rappelé les mesures pises pour alléger la trésorerie des entreprises à travers notamment l’accélération des délais de remboursement de la TVA, l’annulation, en 2014, de la règle de décalage temporel relatif à la déduction de la TVA, le remboursement du crédit de TVA cumulé, précisant que ces mesures se sont traduites par un impact favorable sur l’attractivité du Royaume.

A cet effet, il a rappelé que le Maroc a amélioré sa position dans l’édition 2015 du classement Doing Business de la Banque mondiale relatif au climat des affaires, en progressant de 16 rangs, se hissant à la 71e position au lieu de 87, mettant également en avant l’amélioration de son classement en terme de compétitivité réalisé par le Forum économique mondial (WEF) en 2014, passant de la 77 ème place à la 72 ème, soit un gain de 5 places par rapport à l’année dernière.

Le Chef du gouvernement a également évoqué les procédures prises pour encourager les grands secteurs industriels et soutenir la compétitivité du secteur du textile et de l’énergie, signalant que le développement du secteur industriel requiert des ressources humaines qualifiées et la mise en place d’infrastructures nécessaires.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page