Le discours royal à Riyad, un message d’espoir aux peuples arabo-musulmans

Moha Ennaji
Moha Ennaji est l’un des universitaires les plus influents du Maroc. Il s’est intéressé dans ses recherches aux questions de culture et de genre, à la migration et à la société civile. Après avoir fait un doctorat en langue arabe et en linguistique ...
Le discours royal à Riyad, un message d’espoir aux peuples arabo-musulmans

Rabat – Dans son discours lors de la session d’ouverture du sommet Maroc-Pays du Golfe mercredi dernier à Riyad, le premier de son genre, le Roi Mohammed VI a mis en garde contre l’évolution grave des conflits dans la région arabo-musulmane.

Mentionnant l’échec du soi-disant printemps arabe qui a causé tueries et ravages, le roi a averti contre des « complots » visant le reste des Etats arabes, notamment la sécurité collective des pays du Golfe, du Maroc et de la Jordanie, en notant que le monde arabe subit des tentatives de changement de régimes et de partition des Etats, comme c’est le cas en Syrie, en Irak et en Libye, avec tout ce que cela engendre comme violence, crimes, exodes et refugiés fuyant ces pays arabes.

Dans ce contexte, le discours royal a souligné que les projets d’agression contre la stabilité de la région arabe continuent sans cesse. En réalité, après avoir divisé et détruit un certain nombre de pays du Moyen Orient, ces plans d’agression s’en prennent aujourd’hui au Maghreb, faisant allusion aux manœuvres orchestrées contre la souveraineté marocain sur son Sahara.

En critiquant les conséquences dramatiques du soi-disant printemps arabe qui a causé tant de dégâts, de destructions, de désolations et de drames humains, le roi a parlé d’ un « automne calamiteux », avec le but de s’emparer des richesses des autres pays arabes et de casser les pratiques réussies d’autres Etats, comme le Maroc, en portant préjudice à son modèle politique et économique inclusif et démocratique.

Le Roi a également mis l’accent sur l’importance du sommet, en évoquant que   le partenariat entre le Maroc et les pays du Golfe (CCG) n’est pas le fruit du hasard ni d’intérêts purement commerciaux conjoncturels ou de calculs politiques momentanés. Cette coopération puise plutôt sa force dans la confiance entre le Maroc et ces pays qui « partagent les mêmes défis » politiques et sécuritaires.

Le discours royal a révélé la gravité du « conflit artificiel suscité autour de la marocanité du Sahara », en fustigeant la position du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, qui porte atteinte « aux droits historiques et légitimes du Maroc concernant son Sahara « .

Le discours royal est un message d’espoir aux peuples de la région avides de projets unionistes de coopération et de développement en dépit de la conjoncture délicate actuelle.

Ce discours est on ne peut plus clair et courageux ; il donne une forte impulsion au partenariat entre le Maroc et les pays du CCG, qui a atteint un haut degré de maturité, et renforce la position légitime du Maroc concernant la cause nationale.

Le discours royal a été très bien accueilli et salué par les chefs d’Etats du Golf qui ont exprimé leur soutien inébranlable à la question du Sahara marocain.

Dans son discours d’ouverture, le roi saoudien Salman bin Abdul Aziz a souligné, « la solidarité des pays du Golf avec toutes les questions politiques et sécuritaires d’intérêt au Maroc, en particulier le Sahara marocain », qu’ils considèrent également une question du CCG. Ce soutien fort important constitue en lui-même un succès retentissant du voyage et du discours royal à Ryad.

En effet, les six pays membres du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar, Oman) ont tous exprimé ouvertement leur soutien permanent à la marocanité du Sahara et au plan d’autonomie présenté par le Maroc pour le règlement durable et définitif de ce conflit régional artificiel constitué de toutes pièces par les ennemis de l’intégrité territoriale nationale.

Enfin, le sommet de Riyad a permis aux chefs d’Etats du Golfe et du Maroc  d’examiner les procédés à engager de façon collective pour affronter les menaces interventionnistes qui pèsent sur le monde arabo-musulman en raison notamment des ambitions expansionnistes étrangères, des mouvements terroristes et des groupes séparatistes qui visent à cultiver la violence et la discorde dans la région.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page