Ce soir, tu es mon destin

Hassan Alaoui
Hassan Alaoui, Directeur des Rédactions du « Matin » et « Maroc Soir » pendant trente ans, et cofondateur de plusieurs autres titres, dirige aujourd’hui Maroc Diplomatique, un des plus sérieux et crédibles mensuels marocains. Diplômé de la ...
Ce soir, tu es mon destin

Casablanca – Comme si j’écoutais la mélodie de ton corps et léchais la sueur qui en découle, jusqu’au dégoulinement intempestif. Je ne puis me passer de toi, de ce très fort et exhalant parfum que tu as mis ce soir, et dont la puissance et la flagrance m’ont simplement mis à terre…Je dessinais ton subtil et haletant corps dans mon rêve – mon seul rêve, le sais-tu ? – je me hâte ce soir à cette splendide course de l’amour…

T’aimer et encore t’aimer, écrire de toi, pour toi et sur toi ! Je ne répugnerais jamais à cet exercice solitaire, bénédictin et casuistique ! Il n’y a que moi qui sache t’aimer et te donner la vie, les mille sens paradisiaques de celle-ci, il n’y a que moi qui suis en mesure de te dire les mots de tendresse, interpréter tes rêves, houleux et torrentiels, ils charrient mon âme, il n’ya que moi qui sache que tu es Femme et que tu dois être adoubée en tant que divinité…Car , oui il est temps que le monde – dans ses contemplatives illusions – apprenne que tu es une divinité infinie, mon astre, le symbole de l’éternité poétique, cette aube qui ne se lève que pour nous rendre heureux, de s’achève jamais …sauf pour renaître de ses belles limbes.

Dans les textes de mon enfance – douloureuse, tu le sais – entre Nerval, Mallarmé encore mieux, Hölderlin , Sade et même Arthaud , il y avait déjà ton visage dont je n’ai pas les mots idoines pour décrire combien il est beau et magique. Combien de sa tendresse il m’envoute et me réduit à rien, à plus rien… Ta grâce est mon voile et ma lumière à la fois, elle découvre ma pénitence aux yeux de mes adversaires et ma force pour les reléguer…Ton visage est la forteresse contre l’intolérance du monde, tes mains je les tiens et ton cœur est en moi contre l’ingratitude des hommes et leur apocryphe révérence…Tu es comme dirait Platon le Kosmos flottant , ce vaisseau dans un ciel si étendu et lumineux , tes yeux le couvrant de leur singulière magnificence, tes mots de leur bienveillance poétique.

Tu es la vie, tu seras toujours ma source de jouvence ! Mon obsessionnel destin.

Ce soir, tu pénètres mon âme encore plus profondément comme la dague salutaire dans un corps à la maladie inguérissable : l’amour et la passion pour toi. J’écris ton nom sur mon corps, cicatrisé déjà par sa musique, la douceur de ses syllabes, l’intonation qu’il répand comme dans le jardin des surprises antiques, entre colonnades à l’ombre desquelles se nourrit ce discours amoureux, aussi beau et complexe – comme en demande le monde – que ce fameux texte de Roland Barthes, avalé par moi en 1970 : « S/Z » au découpage envoûtant en lexies…projection interstitielle , images se renvoyant leur grâce…Ce soir, j’ai pris la mesure de ta beauté et de ta grâce, j’ai compris qu’en moi il est une figure, une forte figure d’une femme, l’angélique sourire qui ne me quitte jamais, hante mes rêves de nuit, colore ma vie, rythme mes journées, trace les sillons du succès pour moi…Plus que mon rêve, tu es mon destin…

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page