Il n’y a pas que l’Islam qui se politise, l’Eglise aussi!

Abdellatif Zaki
Abdellatif Zaki est enseignant chercheur à l'IAV - Hassan II. Ses domaines d'intérêt sont les sciences du langage et la communication, la terminologie, la traduction et l'interprétation, l'évaluation des programmes et les sciences sociales et de ...
Il n’y a pas que l’Islam qui se politise, l’Eglise aussi!

Rabat – Le Pape devient inévitable en politique, il en fait avec le pouvoir, l’autorité et les prérogatives d’un chef d’État. Il est reçu avec des égards auxquels aucun de ses collègues ne peut espérer. Il prend avec les plus puissants des libertés subtiles qu’aucun n’oserait prendre. Il leur fait la morale, leur donne des leçons, leur fait des reproches et les paternaliste. Il absout leurs errements et leurs égarements.

Faut-il voir dans les déplacements, les actions et les interventions du Pape un retour aux affaires politique de l’Église qui en fût exclue depuis la révolution. Tout tend à le confirmer, il ne faut pas s’y tromper, le Vatican est bel et bien de retour. Le discours humaniste du Pape ne doit en aucun cas faire oublier qu’il est le chef politique d’une organisation qui a été déclarée persona non grata dans la sphère des affaires publiques. L’Église a été condamnée au confinement dans ses lieux de culte, ses monastères, ses cathédrales, ses basiliques, ses temples, et ses sanctuaires.  Elle fut interdite de pratiquer la politique. Elle s’est pliée à cette volonté populaire pendant longtemps, ou du moins elle en donna l’impression.

Sans rėvision des attendus de sa condamnation ni un jugement en appel ou en cassation, on assiste actuellement à la relaxe de l’Église et ses sorties franches pour reprendre sa place et reconquérir le pouvoir qu’elle a exercé en toute souveraineté pendant des siècles et qui lui valu sa condamnation pour abus de pouvoir, extorsion, manipulation, violences et complicité. En effet, depuis la préparation de la chute de l’empire soviétique et le rôle décisif dans la récupération de la Pologne, l’église n’a cessé de regagner du terrain.

On entend dire que la dernière résurgence en puissance du pouvoir du Vatican est une réaction à celle de l’Islam. Le Christianisme dépolitisé suite à des développements de l’histoire et une condamnation populaire, aurait donc recouvré son caractère essentiellement politique en conséquence de la politisation de l’Islam et en confirmation de celle du judaïsme. Les chrétiens du monde auraient-ils, eux aussi, besoin de rois, de princes et de Califes ? Auraient-ils eux aussi perdu confiance en la raison, la logique, la philosophie, la science et l’histoire et seraient en train de sombrer à nouveau dans l’obscurantisme, la mythologie et l’irrationalité ? Se pourrait-il qu’ils aient besoin momentanément de ce revirement pour dédouaner la violences et l’irrationalité de leurs actions contre les peuples du monde et justifier l’arrogance de leurs nouvelles idéologies coloniales, expansionnistes et racistes ?

Je ne le sais pas, reste à voir, débat ouvert !

À suivre …

© Morocco World News Français. Tous droits réservés pour tous pays. Cet article peut être  reproduit à la condition d’en citer la source et l’auteur.

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page