La Vision 2020 pour le tourisme marocain devra être recadrée

Rabat- Les Assises du tourisme, dont la 11-ème édition se tiendra lundi à Rabat, est un moment fort pour se projeter dans l’avenir du secteur et apporter les recadrages nécessaires à la Vision 2020, destinée à conforter le secteur comme vecteur du développement économique et socio-culturel, a indiqué le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

hadad-pelerinage-commission_royale-m

Il est temps de faire le bilan d’étape de la vision 2020 et voir si on est sur le bon chemin et quels sont les obstacles à surmonter, a dit le ministre dans un entretien accordé à la MAP à la veille de cet évènement qui vise à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l’ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur touristique. Pour M. Haddad, le bilan est généralement positif et le secteur a enregistré des avancées importantes, mais des attentes persistent toujours et il convient leur apporter des réponses claires pour réussir le pari de la vision 2020 qui ambitionne de faire entrer le Maroc dans le top 20 des grandes destinations mondiales. Il a cité parmi ces attentes le renforcement des capacités touristiques afin d’atteindre la taille critique notamment au niveau du balnéaire et l’amélioration de la qualité des prestations et de l’accueil dans les aéroports, lequel passe par un travail sur les infrastructures, la formation des ressources humaines et la compétitivité des entreprises.

M. Haddad a mis un accent particulier sur l’importance de l’émergence de territoires touristiques pour diversifier l’offre marocaine, concentrée actuellement sur deux destinations principales, Marrakech et Agadir, qui totalisent à elles seules plus de la moitié des nuitées internationales. La territorialisation sera au centre des Assises de lundi qui se pencheront sur cette question pour voir comment elle va s’articuler avec le chantier de la régionalisation. Le processus de régionalisation est en cours, il faut donc voir comment va s’articuler la gouvernance des territoires touristiques avec la gouvernance prévue dans la régionalisation, comment seront gérés ces territoires et quelles sont leurs natures et leurs vocations, a-t-il dit.

Huit territoires touristiques sont déjà prévus dans la vision 2020. Il s’agit de Souss-Sahara Atlantique, Maroc Méditerranée, Marrakech Atlantique, Maroc centre, Cap Nord, Centre Atlantique, Grand sud Atlantique et Atlas et valées. Les 11-èmes Assises du tourisme seront donc une occasion pour en discuter et voir les modalités de leur articulation en fonction des nouvelles donnes comme la régionalisation, a précisé M. Haddad. Selon lui, la station balnéaire d’Agadir devrait atteindre très prochainement la taille critique de 100.000 lits, contre 30.000 à 40.000 lits dans les autres régions, pour pouvoir parler d’un territoire touristique et démarcher les Tours opérateurs (TO) afin d’utiliser la capacité dont dispose le territoire. Le ministre fait part de son optimisme quant à l’avenir du secteur qui a su résister aux aléas de la conjoncture régionale et internationale, estimant que la taille critique au niveau de la région de Tanger-Tétouan, Assilah et Larache comprises, devrait être atteinte dans deux ou trois ans. M. Haddad a également souligné l’importance d’améliorer la connectivité aérienne du Royaume, en accélérant la cadence pour avoir une multiplication de vols sur le Maroc et ses destinations touristiques et de faire du tourisme interne un moteur du secteur à travers des mécanismes d’encouragement, dont l’émergence d’un TO national dédié au tourisme interne. Par ailleurs, M. Haddad a mis l’accent sur l’importance des volets investissement et financement dans la réussite de la vision 2020, qui prévoit quelque 150 milliards de dirhams d’investissements à l’horizon 2020. Durant les quatre dernières années, le secteur a drainé environ 8 milliards de dirhams d’investissement par an, un montant devant être augmenté pour atteindre la moyenne de 13 à 14 milliards de dirhams. Il faut donc relever la cadence en matière d’investissement et lever les obstacles du financement pour avoir plus de visibilité et relancer les chantiers prévus par la vision 2020 , a précisé le ministre.

« Nous avons dépassé la barre des 10 millions de touristes en 2013 et nous nous dirigeons vers beaucoup plus de croissance dans l’avenir », a-t-il précisé, ajoutant que le Maroc est un pays stable et sécurisé où l’Etat et les citoyens sont vigilants. Des facteurs importants qui rassurent les Tours Opérateurs et les touristes.

Dans l’ensemble, l’avenir du secteur s’annonce prometteur, comme en témoigne le maintien de la performance de l’activité du secteur en 2013, avec des arrivées touristiques qui ont franchi le cap des 10 millions de touristes, en progression de 8 pc, et des nuitées dans les établissements d’hébergement classés en hausse de 9,3 pc. En 2013, le secteur a joué un rôle important dans la dynamique économique du Royaume, en créant près de 20.000 emplois, et en formant 13.000 jeunes. Le tourisme marocain a contribué au PIB à hauteur de quelque 160,8 MMDH (18,7 pc), selon le rapport du Conseil mondial du tourisme et des voyages (WTTC), notant que le secteur représente 16,7 pc du total des emplois dans le Royaume. Cette tendance positive a été confirmée en 2014, avec des recettes en devise en hausse de 4,3 pc durant les sept premiers mois de l’année. Sur le plan du rayonnement international du Royaume, le Maroc, à travers sa stratégie en matière de développement durable, a été élu à la présidence du Partenariat mondial pour le tourisme durable, initié sous l’égide des Nations unies, visant la mise en place d’une plateforme internationale pour l’échange d’expériences et la constitution d’un réseau international de bailleurs de fonds.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page