Selon l’Amérique, la lutte contre Daech « n’est pas seulement militaire »

MAP
Selon l’Amérique, la lutte contre Daech « n’est pas seulement militaire »

Washington- Le secrétaire US à la Défense, Chuck Hagel a affirmé que l’offensive militaire contre l’Etat islamique (EI) « n’est que le début d’une stratégie multidimensionnelle combinant des moyens diplomatiques, politiques et économiques ».

« Les frappes militaires font partie de toute une stratégie globale qui inclut également l’assèchement des ressources financières du groupe radical, le tarissement du flot des combattants étrangers en Irak et en Syrie, ainsi que l’entrainement des forces irakiennes et kurdes, et de l’opposition syrienne modérée », a souligné M. Hagel lors d’une conférence de presse aux côtés du chef d’état-major des armées des Etats-Unis le général Martin Dempsey.

Les forces de la coalition ont mené 200 frappes aériennes en Irak contre les cibles de l’Etat islamiques depuis le mois d’août, a-t-il rappelé.

Il a fait savoir que les 43 raids militaires lancés en Syrie depuis la semaine dernière avec la participation de plusieurs pays visent à « désorganiser les structures de commandement du groupe djihadiste et réduire ses capacités logistiques ».

Les Etats Unis « n’ont pas coordonné et ne comptent pas coopérer avec le régime syrien », a-t-il réitéré, rappelant que le « président Bachar al-Assad a perdu toute légitimité ». M. Hagel a annoncé que le Danemark, la Belgique, et les Pays Bas ont rejoint la coalition qui inclut une quarantaine de pays afin d’endiguer la menace du groupe radical qui contrôle de larges pans de territoires en Syrie et en Irak.

Pour sa part, le général Martin Dempsy a noté que la lutte contre l’Etat islamique requiert « une compagne persévérante et soutenue et qui prendra du temps ».

Il a, par ailleurs, estimé que les rebelles syriens anti-djihadistes devraient mobiliser au sol entre 12.000 et 15.000 hommes pour reprendre les zones toujours contrôlées par l’EI dans l’est de la Syrie.

« Il n’y a pas une solution militaire à la menace de l’EI », a-t-il ajouté, soulignant le besoin d’ »une composante au sol », pas nécessairement américaine, pour guider le rôle des frappes militaires.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page