Le règne de la confusion et la justification de la violence !

Abdellatif Zaki
Abdellatif Zaki est enseignant chercheur à l'IAV - Hassan II. Ses domaines d'intérêt sont les sciences du langage et la communication, la terminologie, la traduction et l'interprétation, l'évaluation des programmes et les sciences sociales et de ...
Le règne de la confusion et la justification de la violence !

Asheville, Caroline du Nord - Il n’y aura pas de bottes étrangères sur les sols arabes autres que celles des conseillers et des formateurs. Il n’y aura d’étrangers que des drones, des avions, des frappes et des bombardements. Les premiers concernés devront verser leur propre sang pour se défendre et récupérer leur contrôle et leur souveraineté sur leurs propres pays. Leurs armées devront aussi apprendre à ne pas fuir et laisser derrière eux leurs matériels, leurs armes et leurs peuples. Par ailleurs, l’Occident ne sera plus obligé d’avoir des alliés sur place pour intervenir, punir et protéger ses intérêts. Il annonce, de fait, qu’il a dorénavant les mains libres et ne se souciera plus de l’avis des organisations internationales. Par la même occasion, il fait savoir qu’il pèsera de tout son poids et de toute sa puissance – militaire incluse – pour que chacun sur place assume ses responsabilités. C’est le message … On n’entend plus parler de la Russie dns le dossier, trop occupée avec le cas Ukraine, peut-être.

Serait-ce la fin de l’hypocrisie diplomatique ?Au moins ça de gagner

En résumé, le monde arabe est mis officiellement à genoux. Il ne peut plus réagir ni aux coups, ni aux insultes, ni aux humiliations qu’on lui assène de son intérieur et de ses alliés qui n’en peuvent plus de ses problèmes. Il ne pourra plus se recroqueviller sur lui-même et prétendre qu’il n’est pas concerné ou attendre la tête dans le sable que la tempête passe !

Pourra-t-il se relever, quand, comment et à quel prix ? se laissera-t-il achever par ses contradictions internes et ses inaptitudes à comprendre et à gérer les défis qui se posent à lui ? Saura-t-il intégrer les changements qui transforment le monde et pourra-t-il absorber les chocs des à coups de l’accélération de l’histoire qui le submerge ou se pliera-t-il sous sa force et cédera à ses pressions ? Les réponses à ces questions sont urgentes et ne souffrirons aucune attente.

Au risque de me faire de nouveaux ennemis, je m’aventure et émets une opinion. À juger de discussions et d’échanges que j’ai eus avec des personnes de tous bords de ce que nous appelons, très abusivement d’ailleurs, « monde », et encore plus abusivement « arabe », je dirai que la tendance générale n’est pas optimiste pour le moment. Une culture très forte maintient encore l’illusion d’une puissance indestructible qui peut se manifester à tout instant et reprendre le dessus sur le monde impie et l’assujettir. Les conditions de cette victoire définitive serait le retour à la solidarité et aux valeurs qui firent la puissance de l’État Islamique.

Les puissances occidentales regardent leurs ressortissants égorgés sans pouvoir engager leurs armées

Pour cette culture ceci serait en train de se faire. La preuve serait les difficultés dans lesquelles les divers groupes combattants dans la région ont mis les alliés occidentaux qui ne peuvent plus avoir une stratégie qui pourrait renverser lasituation à leur faveur. La conviction est que les occidentaux et leurs alliés peuvent bombarder et détruire des capacités militaires mais ils ne pourront pas contrôler qui prendra le terrain ni pourront-ils protéger et défendre leurs pays alliés du voisinage et leurs frontières. L’Arabie Saoudite et les micros États du Golfe sont fragiles et leurs frontières, des passoires. Les alliés ne voudraient pas que leurs frappes remettent les rennes de la Syrie entre les mains de Bachar Assad et de Hizbou Allah, ni de donner un avantage à l’Iran ou faciliter le retour d’Al Quaida et d’annousra.

Les puissances occidentales regardent leurs ressortissants égorgés sans pouvoir engager leurs armées. En poussant des pays arabes à faire la guerre pour eux, non seulement donneraient-ils des raisons aux divers groupes de combattants pour accélérer sa propagation dans ces pays mais ils exacerberont les attitudes et les sentiments négatifs des populations arabes envers eux. Le régime jordanien éclaterait le jour même de son entrée en guerre. L’Arabie Saoudite pourrait voir ses frontières sauter et risquerait de ne pas pouvoir ni les défendre ni les tenir ! Les nationaux des pays alliés trouveraient davantage de raisons pour aller combattre les armées de leurs pays aux côtés de leurs ennemis et pour s’engager dans des représailles contre leurs propres pays.

Sans leurs troupes sur le terrain, les occidentaux ne pourront jamais gagner la guerre

Sans leurs troupes sur le terrain, les occidentaux ne pourront jamais gagner la guerre et battre leurs ennemis. Leurs problèmes est qu’ils savent que leurs hommes ne seraient pas bien reçus par les populations pour qui ils iraient se battre et n’auraient pas leur soutien.  Ils devront donc faire une guerre contre un ennemi qu’ils peuvent déstabiliser, voire affaiblir et détruire, mais sans qu’ils n’aient la garantie que cela mettrait fin à la guerre, qu’ils gagneront, ou qu’ils préserveront la souveraineté de leurs alliés sur leurs territoires.

Cette culture est de plus en plus dominante non seulement dans les cercles des amateurs de l’analyse et du commentaire mais aussi au sein de toutes les tranches des populations concernées .

Les massacres, les exécutions, la barbarie, les différentes formes d’oppression et la brutalité qui sévissent dans la région sont jugés aussi sévèrement que des forfaits que les armées alliées auraient commis en dėstabilisant la région en démontant ses États, ses armées et ses structures politiques et sociales, en détruisant ses infrastructures, en usurpant ses richesses et en décapitant ses élites. Une idée que j’ai entendu plusieurs fois est que tout ce qui se passe dans la région est un complot contre les arabes et l’islam. Un autre argument que j’ai entendu est que les journalistes et les volontaires des organisations humanitaires, abstraction faite de leurs nationalités et de leurs religions, ne sont pas toujours ce qu’ils prétendent être et qu’ils méritaient leur sorts. J’ai aussi entendu que les musulmans se sont départis du droit chemin et qu’ils méritent d’être punis d’après la loi islamique telle qu’ils l’imaginent. J’ai aussi entendu que ceux qui ont le moyen d’intervenir pour punir les égarés et les infidèles et redresser le monde et ne le font pas ne sont pas de vrais musulmans et que ceux qui combattent pour la gloire de la religion de Dieu sont les meilleurs et doivent être soutenus.

Ce sont là des idées qui circulent et auxquelles les analystes devraient s’intéresser d’urgence car elles risquent de dominer les esprits plus vite qu’ils ne peuvent en découvrir les origines, en comprendre les mécanismes de propagation et d’investissement des esprits. L’idée que la guerre que s’apprêtent à livrer les puissances occidentales en Syrie et en Irak est une contre l’Islam et les arabes semble prendre ancrage de plus en plus. Les dégâts faits par des arabes et des musulmans à d’autres qui ont motivé les interventions occidentales semblent être oubliés ou relégués au second rang, peut-être sont-ils absous par certains …

© Morocco World News Français. Tous droits réservés pour tous pays. Cet article peut être  reproduit à la condition d’en citer la source et l’auteur.

 

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page