Des universités au tirage au sort!

Mehdi Alaoui M'hammedi
Titulaire d'une licence ès Sciences de gestion de la faculté Sidi Mohamed Ben abdellah à Fès, Mehdi Alaoui M'hammedi prépare actuellement un master en finance et comptabilité à la faculté Ibn Tofaïl de Kénitra. Il a pris part à de nombreux ateliers ...
Des universités au tirage au sort!

Meknès- À la rentrée, les différents problèmes du système éducatif du Royaume remontent à la surface, et le débat sur le sujet est mis automatiquement à l’ordre du jour. L’année dernière, c’était plus de 500.000 candidats et candidates qui ont passé leurs examens du baccalauréat, soit une hausse de plus de 4,7% par rapport à l’année précédente. Selon le Ministère de l’Education nationale, le taux de réussite était de 44,36%, soit à peu près 221.800 étudiants et étudiantes qui ont obtenu le précieux sésame pour accéder à l’enseignement supérieur.

Malgré ce taux de réussite décevant et qui reflète les difficultés du système, l’accès aux écoles publiques est devenu de plus en plus difficile. Même avec une moyenne très confortable, un bon nombre d’étudiants n’arrivent plus à y accéder, et ils se voient forcés de changer de domaines, voire d’objectifs. En effet, les deux chemins qui restent plus au moins abordables sont : soit des études à l’étranger pour les plus chanceux, soit la faculté pour la majorité restante.

Nos facultés souffrent déjà d’un manque extravagant plus ici de places, de moyens financiers, matériels et humains, surement et le problème devra s’aggraver suite au trop grand afflux des étudiants vers les universités. Le Ministère de tutelle devra s’acharner sur la réalisation des projets lancés et en même temps, concevoir et se lancer dans des nouvelles stratégies afin d’augmenter la capacité d’accueil des universités et réserver dans les années a venir plus de postes budgétaires à l’enseignement supérieur, sinon, l’université ne pourra plus dans un futur proche absorber ce nombre de bacheliers qui ne cesse d’augmenter, et on sera contraint soit de recourir à la suppression progressive de la gratuité des inscriptions, soit d’instaurer au sein de la faculté un système de tirage au sort pour les filières les plus demandées.

commentaires

© 2014, Morocco World News - Français

Retour en haut de la page